J’ai testé pour vous : la mousse de roue arrière … Épisode 5 : roulage …

Après tout ce qui précède le roulage, voici les impressions en zones et interzone de cette mousse RISE MOUSSE placée dans la roue arrière de la GAS GAS de Matthieu POUGET.

Matthieu POUGET (GAS GAS 280) : La première sensation de roulage avec 300 Gr de pression à l’arrière, c’est qu’on sent tout de suite un peu plus de rigidité du pneu avec cette mousse.  Les flans du MICHELIN travaillent moins, donc il y a davantage de stabilité. C’est un peu déroutant sur les premiers mètres parcourus, mais c’est loin de donner l’envie d’ôter aussitôt cette mousse de la roue.

Au fur et à mesure du roulage, tout au long de l’après-midi, on a descendu la pression du pneu pour terminer la journée avec seulement 100 Grammes (!) et de nombreux passages en zones : plusieurs kilomètres d’interzone, marches, devers, montées, descentes, traversées de gués … Bref, un beau panel de ce que l’on peut faire avec une moto de trial.

Le très gros point positif, à mon avis, c’est la stabilité lors des impacts, dans une marche par exemple, la moto ne bouge absolument pas et garde le cap.

Nous avons roulé sur un terrain plutôt sec mais assez meuble du fait des pluies des jours précédents. Dans les virages, les devers, je dirais que la moto est moins joueuse mais qu’elle garde toujours le cap, un peu comme le font les BETA ou TRRS.

Lors des déplacements, alors qu’avec un petit surplus de poids, on aurait pu penser que l’ajout de la mousse pouvait générer un peu de gêne : rien à signaler. La moto se comporte bien lors des déplacements de la roue arrière et j’ai même trouvé que c’était plus positif que sans la mousse, car, lorsque la roue retombe au sol, la moto est plus stable que d’ordinaire.

Et puis en fin d’après-midi, avec les copains, pour rentrer on a décidé de faire un grand tour avec passages de gués, chemins sinueux, grosses montées et bonnes et longues descentes, et là c’est très intéressant.

Dans les chemins caillouteux on peut rouler vraiment vite car la moto est comme collée au sol.

Enfin comme il n’y a pas de risque d’un impact négatif d’une crevaison possible on roule l’esprit libre.

Synthèse des autres essayeurs : Globalement tout le monde, quel que soit son niveau, a trouvé la GAS GAS dotée de cette mousse RISE MOUSSE distribuée en France par SEURAT PUISSANCE 3, bien plus stable que d’ordinaire. Personne n’a eu de problème à rouler avec la GAS GAS ainsi équipée. Personnellement je l’ai essayée dans une zone où j’ai eu le privilège de rouler avec la BETA de Benoit BINCAZ il y a quelques mois et ce fut frappant : j’ai eu l’impression d’être sur la même moto … la couleur à part.

En conclusion on peut dire que ces premiers essais en zones et plus généralement dans l’environnement trial, sont très positifs … Cependant on ne peut pas se limiter à cette seule sortie pour sa faire une opinion définitive. De la pluie est annoncée sur l’Auvergne pour cette fin de semaine, alors on aura probablement d’autres sensations à partager avec vous.

En tout cas la mousse reste dans la roue arrière de Matthieu et, quelles que soient les conditions d’adhérence et de température extérieure à venir, on va poursuivre cet essai, qui, à ce stade, est plus que prometteur. Et même si on se doute qu’au final, si RISE MOUSSE et SEURRAT PUISSANCE 3 souhaitent vraiment investir le monde du trial, ils devront faire quelques pas en R & D, ce produit est d’ores et déjà très adapté et tout aussi prometteur.      

Chinese (Simplified)CzechDutchEnglishFrenchItalianJapanesePortugueseSpanish