Propos d’un trialiste …

… ceux d’Alain HELLE qui réagit à l’arrivée de la TRS de Jordi TARRES …

C’est la news de la semaine pour les amateurs de “matos”.

Une nouvelle moto de trial, c’est un peu Noël en avance.

J’ai eu une discussion à son sujet ce week end avec un ami.

Nous avions deux points de vue différents.

Lui se disait très déçu car la TRS nous promettait une avance technologique. (injection etc).

Selon lui il s’agit d’une Jotagas et que cela n’apporte presque rien.

Je partage son point de vue sur la côté “déjà vu” de cette moto, mais, je trouve que c’est une excellente chose.

En vieux renard, Jordi a remis sur l’établi sa Jotagas pour la parfaire à base de solution éprouvée.

Pour la suspension arrière, il faut regarder du côté de la Montesa.
Pour l’alimentation, un fidèle Dell’orto à boisseau cylindrique.

Le coup de maitre de Jordi c’est de proposer une moto 100% consensuelle aux solutions éprouvées.

Cette moto, à défaut d’en mettre plein la vue de part sa fiche technique, rassure.

Oui, elle rassure.

Tout comme la Bultaco Sherco 1999 à son lancement.

Et on mesure avec le recule les choix judicieux de cette moto qui ont lancé sur les bons rails Sherco.

Le marché du trial vient du subir un “séisme annoncé” avec la faillite de Gas Gas.
La libération des parts de marché du numéro un offre la possibilité inédite de redistribuer les cartes.

Les belles motos avec des technologies différentes mises en avant, on les regarde, on en discute … mais on ne les achète pas forcément (je pense à la Ossa tri ou la montesa 4rt).

Des motos à la technologie rassurante comme la TRS, on les achète! (parce que l’on sait dans quoi on s’embarque).

En reprenant la silhouette de “sa” Jotagas, Jordi nous lance un perche : celle de la continuité.

Cette moto est la version revue et corrigée de la Jotagas. Une sorte d’évolution tout à fait légitime et pas une pâle copie.

Les points forts de la conception de la Jotagas étaient l’accessibilité mécanique des éléments, la qualité de matériaux, la finition et un équipement au top. En dynamique, le poids plume de l’ensemble, le moteur bien rond, la transmission et l’embrayage agréable.
Le bilan de cette Jotagas, une moto fiable avec une qualité d’équipement et un sérieux de conception indéniable.

Bref une moto que l’on a au moins autant de plaisir d’avoir dans son garage qu’agréable à rouler.

Alors cette TRS, comment ce positionne t’elle?

A 6500€ (tarif annoncé par Philippe Berlatier sur Facebook), elle a (selon moi) tout pour être un carton.

Les annonces de fermeture de Marzocchi risquent de plomber les ventes de motos concurrentes équipées de ces fourches.

Comparativement à une Sherco à la fourche Tech acier, la TRS répond avec une Tech alu identique à celle de la Montesa 300 rr (qui vaut 10500€).

Un embrayage à diaphragme, une suspension arrière à la cinématique “Montesa”, une finition à la Beta, un réservoir amovible offrant plus de possibilité d’évolution qu’un modèle intégré au cadre.

Autre point fort, la qualité des importateurs retenus.

Bref, si la TRS n’est pas la moto innovante que certains attendaient, elle pourrait bien être la future Gas Gas du marché.

Belle moto, bonne moto, bon prix.

Si Jordi réussit à signer Adam Raga, il pourrait bien faire le hold up de ces 20 dernières années.

Moi, elle me fait déjà les yeux doux. Et vous ?

trs-31715-2.jpg

Chinese (Simplified)CzechDutchEnglishFrenchItalianJapanesePortugueseSpanish
%d blogueurs aiment cette page :