L’électrique rebat les cartes de l’industrie …

L’objectif de cet article n’est pas de disserter sur le bien ou la pas bien de l’énergie électrique dans l’alimentation en énergie de nos véhicules, mais de faire un constat quant au fait que cette énergie rebat les cartes de l’industrie automotive et le trial ne sera bien entendu pas exclu de cet état de fait.

Ce que l’on constate avec la montée en puissance de l’électrique dans l’automotive c’est que cette technologie permet la naissance et la montée en puissance d’entreprises nouvelles qui peuvent plus facilement se positionner car les investissement sont davantage concentrés sur le software que sur le hardware. En effet il est plus abordable techniquement et financièrement de faire bosser des ingénieurs en informatique (ce qui en plus peut être sous-traité à l’autre bout de la terre à faible coût) que de mettre en oeuvre toute une chaine de production d’éléments nécessaires à la fabrication d’un moteur thermique.

Il en est de même pour les boites de vitesses et parfois éléments de transmission. Cette nouvelle donne a permis à des entreprises comme TESLA de monter au firmament de l’industrie automobile en quelques années seulement, alors que des marques qui se sont lancées il y a des décennies peinent parfois à imposer une quelconque image et notoriété.

En trial, un seul constructeur 100 % électrique est réellement présent sur notre marché, ELECTRIC MOTION, et il va sans dire que la dernière performance de la moto Française sur les SSDT avec Gaël CHATAGNO, est de nature à confirmer la pertinence de ce choix technologique. Ainsi, à l’image de TESLA, l’entreprise Héraultaise a su bousculer les codes et prouver tant techniquement que sportivement, le bien fondé de sa technologie.

Mails il n’y a pas que dans le trial que la révolution électrique est en marche. Rappelez-vous, nous avions visité pour vous le salon OUTDOOR du deux roues électrique tout-terrain à St CHAMOND l’an dernier et vous avions présenté différents produits, dont cette entreprise Tchèque qui se lance dans le cross et l’enduro.

Plus récemment, l’un des trois fondateurs du site 24MX, bien connu dans le milieu de la moto, Anton WASS, a créé avec un pool d’investisseurs très branchés moto, une nouvelle entreprise, STARK FUTURE, qui ambitionne de proposer sur le marché du cross la moto la plus performante qui soit.

Bref, on le voit bien, le monde change et l’électrique rebat les cartes en favorisant l’émergence de start-ups ambitieuses, qui n’hésitent pas de provoquer la rupture technologique et mentale afin de se positionner sur des marchés où les mastodontes ont du mal à faire évoluer leurs stratégies et savoir-faire.

Ainsi dans le trial, ce que ELECTRIC MOTION a fait et continue de faire, a probablement été l’un des moteurs qui a poussé YAMAHA, second constructeur mondial de motos, à revenir sur le mondial de trial en 2022 avec la présence dans la catégorie TRIAL 125 de Kenishi KUROYAMA.

Dans tous les cas l’histoire ne fait que commencer et il n’y a pas de doute que d’autres start-ups vont se positionner sur le trial, comme c’est le cas plus largement dans le monde de la moto, comme nous avons pu le constater en particulier sur le salon EICMA de MILAN que nous avions visité pour vous en fin d’année dernière.

Enfin, pour la petite histoire, sachez qu’aujourd’hui la capitalisation boursière de Tesla est supérieure à celle de Volkswagen et ses plus de dix millions de véhicules vendus ! contre un peu moins d’un « seul » million pour l’entreprise d’Elon MUSK.

Chinese (Simplified)CzechDutchEnglishFrenchItalianJapanesePortugueseSpanish