Championnat de France de Trial 2021 : et maintenant ?

Si le championnat de France de Trial n’est pas TOUT le trial, fort heureusement, il en est tout de même la représentation sportive nationale la plus élevée, et à ce titre il donc une vitrine majeure de notre sport.

Depuis les événements d’Allassac, où les pilotes de la catégorie ÉLITE n’avaient pas pris le départ, on assiste toujours à un silence radio de la part de la FFM, à qui la politique de l’autruche convient bien dans ce genre de situation : il y a, semble-t-il, urgence à ne rien faire …

Si, comme nous l’avons salué à plusieurs reprises, il faut reconnaitre que ces dernières années l’allure du Championnat de France de Trial, insufflée par le Commission et son Président, François COURBOULEIX, est bien meilleure, il ne faut pas pour autant se bercer d’illusions. 

Tout d’abord si la fréquentation du Championnat (moyenne à 100 pilotes environ) est plutôt bonne, il faut relativiser les choses en se souvenant qu’à l’origine il y avait 2 championnats : grosso modo, le Sénior d’une part et les Jeunes et Féminines d’autre part. Et donc si on constate cette belle fréquentation c’est parce qu’aujourd’hui ils sont réunis en un seul championnat, mais séparés en deux comme autrefois, aucun de ces championnats ne serait viable pour les clubs organisateurs.

Il est donc important, pour ne pas dire primordial, que cette dynamique perdure afin de sauver la face et tenter de continuer à avancer dans le bon sens.

Et c’est là que l’on peut commencer à se poser la question, du respect que les pilotes pourraient avoir à l’avenir à l’égard de la FFM, qui ne respecte pas le jugement de ses commissaires, qui n’écoute pas ses pilotes, qui n’anticipe pas l’avenir, en se contentant du ronronnement rassurant d’un Championnat de France qui, au final, ne fait qu’illusion … Une belle illusion, certes, mais une illusion tout de même !

Quelles seraient les attitudes de nature à faire bouger les chose ?

La pire, mais qui peut-être ferait ENFIN réagir la FFM et la placerait ENFIN face à ses responsabilités, serait le boycott pur et simple des deux manches à venir (Goudargues et St Savournin) par TOUS les pilotes qui participent au Championnat de France.

Ce serait malheureusement deux grands coups de poignards infligés aux clubs organisateurs, mais au moins cela aurait du sens, celui de la solidarité, celui d’exprimer la colère, celui de placer la FFM face à ses incohérences et ses responsabilités, celui de prouver à l’institution qu’elle ne peut pas se jouer des règles qu’elle a instaurées, et, peux-être, enfin et surtout, prouver qu’il faut encore et encore faire évoluer le Championnat de France, dans le respect de tous et de l’équité sportive.

Une autre issue pourrait être un texte, rédigé par les pilotes concernés par l’injustice à laquelle ils ont été confrontés, et en faire une pétition à faire signer par les pilotes des autres catégories qui se sentiraient solidaires des pilotes ÉLITE et donneraient ainsi un signe fort à la FFM : on ne veut pas pénaliser les clubs MAIS pour autant on n’est pas du tout d’accord avec vos méthodes scélérates !

Enfin, ce qui va certainement se passer : RIEN DU TOUT. En effet, le trial est avant tout un sport individuel, pour ne pas dire individualiste, et comme la FFM ne s’amende pas, ni ne communique, et donc joue sur cela, eh bien … ça passera …

Dans tous les cas ce qui vient de se passer laissera une blessure profonde à notre sport, et n’est pas très honorable pour la FFM qui, une fois encore, montre le peu d’intérêt, d’attention et d’écoute qu’elle porte à ses pilotes et tout particulièrement à son élite.

Dommage …

Chinese (Simplified)CzechDutchEnglishFrenchItalianJapanesePortugueseSpanish