Cercle vicieux …

Nous avions déjà évoqué ceci il y a de nombreuses semaines, mais la situation dans laquelle se trouve notre sport mérite bien ce nouveau cri d’alarme.

Notre sport est plutôt en régression et nous avons le sentiment que nous sommes entrés dans un cercle vicieux d’où il sera difficile de sortir.

En effet, il se vend moins de motos neuves et du coup nos constructeurs sont de moins en moins innovants, pour preuve la situation économique de la marque leader, GAS GAS, dont la moto n’a pas radicalement évolué depuis plusieurs années, même si de petites retouches annuelles entretiennent l’illusion.

Idem pour BETA dont l’EVO commence à porter le poids des ans. Et que dire du moteur dont la base date de … ma jeunesse …

Idem pour MONTESA, qui est probablement la plus « non innovante » des marques, malgré un palmarès sportif exceptionnel.

Idem pour SHERCO qui avait fait un grand pas en avant lors de la sortie de son dernier modèle, mais qui depuis plusieurs années ne propose rien de novateur.

Pour SCORPA la situation est un peu différente de fait de l’arrivée d’un nouveau modèle, mais même si cette moto semble bien née, il n’en demeure pas moins que sa conception reste très (trop ?) classique.

OSSA, qui fut la première marque à proposer l’injection avec un moteur 2 temps, est un peu dans une autre optique du fait de la jeunesse de l’entreprise, mais la moto n’a également pas radicalement évolué.

JOTAGAS est dans le même cas de figure que OSSA.

Enfin reste les nouveaux, TRS et VERTIGO, dont on ne peut pas dire grand chose. TRS car on en sait peu sur la moto, même si la présence de Jordi TARRES est un gage de qualité, tandis que si la VERTIGO nous a impressionné lors de sa présentation au salon de la moto de MILAN, elle reste, pour l’instant, un beau prototype.

Face à cette stagnation des motos les trialistes constatent que ces dernières années le prix des motos neuves a sérieusement augmenté, avec un prix moyen pour une 250 cc de l’ordre de 6400 € pour des motos qui n’apportent pas grand chose de plus que celles d’il y a trois ou quatre ans.

Certes, la situation des constructeurs n’est pas simple, car les ventes baissent, et ceci n’est pas de nature à encourager les investissements innovants. Cependant il est impératif de réagir sinon on court à l’hara kiri du trial : la lame est déjà dans l’abdomen !

A cette situation amorphe des constructeurs, si on ajoute l’évolution de notre société, la crise économique persistante, les grosses erreurs de la FFM et de la FIM, on dresse un tableau pas très reluisant pour l’avenir du trial.

Aussi, on ne peut qu’encourager nos constructeurs à prendre le taureau par les cornes et à se relancer dans l’innovation, en s’appuyant sur ce slogan (déjà cité sur ce site) que RENAULT avait utilisé dans sa promotions alors qu’avec l’écurie WILLIAMS la marque au losange avait fait main basse sur le F1 : « Le meilleur moteur pour avancer c’est innover » …

Vive le trial …

cercle-vicieux.jpg

Chinese (Simplified)CzechDutchEnglishFrenchItalianJapanesePortugueseSpanish